Hollow Knight – Test (Nintendo Switch/Xbox Series X)

Imaginez acheter un jeu en promotion car vous n’entendez que des bonnes critiques, puis oublier totalement d’y jouer pendant plus d’un an, pour au final vous rendre compte que vous avez rangé l’un des meilleurs jeux de la décennie passée au placard. Voilà ce que je ressens après avoir terminé Hollow Knight, un Metroidvania exceptionnel dont l’ambition et la maîtrise m’ont constamment subjugués pendant mes 34 heures de jeu.

Avancement : Histoire principale terminée deux fois. Jeu terminé à 91% en 34h. Fins « Hollow Knight » de base et « Radiance » obtenues. Autres fins découvertes sur Youtube.

Une histoire complexe dans un monde fascinant

Hollow Knight est intrigant dès les premières secondes. On est témoin d’un éveil mystérieux, puis on voit un petit être au masque de scarabée avancer sans but visible. Qui est-on ? Quel est cet endroit ? On obtient des premiers éléments de réponse après une petite section de tutoriel qui nous apprend les bases de l’aspect « plateforme » du jeu. Nous sommes à l’entrée du royaume d’Hallownest. La première personne que l’on rencontre nous explique que ceux qui descendent dans cet immense royaume souterrain ne remontent presque jamais. Ils sont attirés par quelque chose et deviennent différents, comme si l’air était différent.

Évidemment, comme tout bon protagoniste de jeu vidéo, on y va quand même. On découvre alors une première région à l’ambiance pesante, puis on descend, de plus en plus bas, d’une région à une autre, un combat après l’autre. Tout l’intérêt d’Hollow Knight réside dans la découverte progressive des enjeux de notre présence, mais aussi du passé du royaume. Chaque région a un lore fascinant, une faune diversifiée aussi amicale qu’agressive et des paysages magnifiques. L’ambiance pesante est contrebalancée par la musique enivrante et le fait que l’on ne sait jamais quand on va tomber sur un personnage amical et amusant.

Lors de mon premier run, je n’ai fait que la fin « classique » et je pensais avoir une bonne idée de l’ampleur du monde créé par Team Cherry. Je ne pouvais pas avoir plus tort. J’avais à peine effleuré la surface. Armé d’un guide, je me suis lancé dans la vraie aventure, la fin « Radiance ». On y découvre les vrais enjeux narratifs, l’intégralité de la carte, toutes les capacités, mais surtout un nouveau boss final complètement dément.

Mon seul regret est que cette fin est bloquée derrière la section de plateforme la plus difficile que j’ai jamais faite. J’ai des dizaines d’heure sur des jeux du genre, je me considère bon en jeux de plateforme. Le guide Youtube sur la section du Palais Blanc dure 20 minutes, ça m’a pris deux heures. Et oui (je parle aux joueurs hardcore là), j’ai conscience qu’une section facultative encore plus difficile existe, mais non, je ne la ferai pas. Je tiens à ma santé mentale.

Un jeu excellent, mais difficilement accessible

Selon moi, Hollow Knight est un chef d’œuvre absolu. Qu’il s’agisse du plateforming réglé au millimètre, des musiques enivrantes, des combats aussi diversifiés que palpitants, ou du contenu annexe dont la qualité est telle qu’il ne se distingue pas du contenu principal, tout me donne envie d’abandonner mes jeux en cours et de recommencer un nouveau périple.

Mon seul vrai regret est le manque d’accessibilité. Bien que des efforts aient été fait pour rendre l’exploration plus simple, avec notamment la possibilité de mettre des marqueurs pour des éléments importants de la carte, ce n’est pas encore suffisant à mon goût pour que tout le monde puisse apprécier ce jeu. Je hais effectuer cette comparaison, mais elle me parait pertinent ici. Autant par son atmosphère que par sa structure et sa grande difficulté, Hollow Knight s’apparente énormément à un Dark Souls.

Je ne comprends pas ceux qui sont contre l’accessibilité de ce genre de jeux. Figurez-vous que tout le monde n’a pas le temps et l’énergie pour consacrer des dizaines d’heures sur un seul combat. Je trouve ça dommage que des options ne soient pas présentes pour adapter l’expérience au niveau de chacun, surtout que par principe, les options sont facultatives. L’expérience de base ne serait absolument pas impactée.

En bref, Hollow Knight est un jeu extrêmement exigeant mais magnifique, qui nous plonge dans un monde regorgeant de secrets aussi intéressants que glauques ou amusants. J’ai adoré me faire ma propre interprétation de l’histoire au fur et à mesure que j’avançais dans ce superbe royaume sous-terrain. Hollow Knight est un véritable chef-d’œuvre que je recommande si vous vous sentez d’attaque pour un challenge digne d’un Dark Souls.

LES PLUSLES MOINS
– Un monde fascinant

– Une histoire excellente

– Des paysages magnifiques

– Une bande-son parfaite

– Un gameplay maîtrisé
– La vraie fin presque impossible
à atteindre pour les joueurs
non-hardcore

– Trop peu d’options d’accessibilité

VERDICT : ★★★★★

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s