Jeux-Vidéos

The Legend Of Zelda : Link’s Awakening – Avis Express (Nintendo Switch)

Bonjour ! J’ai récemment eu la chance de jouer au dernier Zelda de la Switch : un remake de Link’s Awakening, le classique de la Game Boy. Je n’avais pas joué à la version Game Boy, donc ce remake a été pour moi l’occasion de découvrir ce titre, apprécié pour son originalité, mais qui au final ne change pas grand chose à la formule habituelle des Zelda. Avis Express.

71174058_392322744790002_8279899976851521536_n

Dans Link’s Awakening, l’aventure ne se passe pas à Hyrule. Link s’est échoué sur l’île Cocolint. Rapidement secouru, il se réveille au Village des Mouettes. Il apprend rapidement que sa seule chance de partir de l’île est de réunir 8 instruments de musique qui permettront au Poisson-Rêve, divinité locale, de se réveiller. Seulement, l’arrivée de Link a réveillé les monstres de l’île, qui vont tout faire pour l’empêcher d’arriver à ses fins. Commence alors un long périple rempli de révélations.

Dans un premier temps, Link’s Awakening est magnifique, un véritable tour de force artistique. Les avis étaient partagés lors de la révélation du titre en février, mais il est clair que le studio Grezzo, chargé du remake, a réussi à imposer sa vision pour le titre. L’aspect « cartoon » et « pâte à modeler » ne dérange pas, tant le monde créé est plein de vie, de couleur et de détail. Ajoutez à cela une bande-son exceptionnelle, et vous obtenez un jeu presque parfait sur le plan technique. Oui, presque, car Link’s Awakening a néanmoins un sérieux problème de performance, que l’on découvre dès que l’on sort de la première maison. Le jeu peine à atteindre les 60 images par secondes dès que l’on entre dans un nouvel endroit. La baisse de fréquence d’images n’affecte pas l’expérience en soi, mais elle est très visible et assez décevante, tant le reste est maîtrisé, et au vu des jeux que la Switch parvient à faire tourner sans aucun problème. Le jeu oscille entre 30 et 60 images par secondes, et les performances sont bonnes la plupart du temps, mais c’est un point qu’il me paraissait important de mentionner. 

Voici une vidéo de gameplay faite maison, comme d’habitude :

Pour ce qui est de l’histoire, j’ai rapidement compris pourquoi Link’s Awakening est si apprécié. Avec des personnages attachants, des moments aussi drôles qu’émouvants, et un joli cadre nouveau qui change des habitudes que l’on a pu prendre à Hyrule, cet épisode se démarque par une originalité bienvenue. Seulement, le jeu en soi ne diffère pas vraiment de la formule typique d’un Zelda. Vous allez de donjon en donjon jusqu’à la fin, et c’est à peu près tout. Mais bon, le jeu nous offre une jolie conclusion au bout de ses 8-10 heures, et une histoire sympathique qui change du traditionnel combat contre Ganon. La difficulté est modérée mais certains puzzles vous donneront réellement du fil à retordre. De plus, si l’exploration n’est pas votre fort, vous risquez de peiner avec la principale quête annexe, qui demande de parler à tout le monde et de fouiller le moindre recoin de la carte. 

71203251_2422035227865187_9212324625055219712_n

VERDICT :

En bref, Link’s Awakening est un Zelda classique, mais un bon Zelda. Il bénéficie d’un monde plein de charme et de personnages attachants, mais est desservi par des performances parfois faibles, et un contenu tout juste suffisant pour justifier son prix. Je le conseille toutefois à ceux qui ne l’auraient pas déjà fait sur Game Boy, et qui pourraient comme moi se le procurer avec une réduction. A mercredi prochain pour un nouvel avis !

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :