Cinéma

Justice League : Encore raté.

Hey ! Je suis allé voir Justice League, et ce film est à l’image de sa production : un bon gros bazar. Avis express sur ce film qui ne m’a pas vraiment plu. Pas de spoilers, juste un grincheux qui aime bien raler. Si vous voulez une critique positive, attendez celle de Coco, le prochain Pixar, qui s’annonce fantastique. Bref, entrons dans le vif du sujet…

Un montage chaotique

Justice League tente de se poser comme l’équivalent DC Comics d’un film Avengers. Après Man of Steel, Batman v Superman, Wonder Woman et Suicide Squad, nous étions donc censé voir l’apothéose de la constitution d’un univers cinématographique. C’est effectivement ce que Justice League a essayé de faire, tout en introduisant 3 personnages, un méchant, et une histoire reliant l’intégralité des personnages. Tenter de faire tout cela en un film ne pouvait avoir qu’une seule issue : un ensemble assez chaotique.

Jusqu’à la bataille finale, Justice League est un rafistolage de séquences disparates, mettant chaque personnage dans une situation différente, au point que l’on a l’impression de regarder 4 « origin story », dans laquelle des séquences montrant le « grand méchant » auraient été ajoutées de peur d’oublier le réel objectif du film.

Cela met en évidence le principal défaut de Justice League. DC Comics a essayé de faire en 4 ans ce que Marvel s’apprête à faire en 9 ans, avec 3 phases et de très nombreux films. Cela ne pouvait pas marcher. Au-delà de cet aspect global, parlons maintenant des défauts inhérents au film.

Ezra-Miller-as-Barry-Allen-in-the-Justice-League-trailer

Surenchère d’effets, histoire exagérée, manque de réalisme

« Exagéré » est le seul mot qui me vient pour évoquer l’histoire. Le méchant est éxagéré. Même Apocalypse, dans le dernier et pire film X-Men, était plus crédible malgré la surenchère d’effets. Ensuite, Avengers 3 n’est pas encore sorti, et pourtant le méchant est déjà connu. On l’a déjà vu. On connait une partie de son histoire. Ici, non. Ajoutez-donc au bordel expliqué plus haut, une tentative d’incorporer à ce film un antagoniste à l’histoire valable, crédible, et digne d’intérêt. Résultat : Steppenwolf…

Ensuite, ce film a le même défaut que tous les précédents, un très mauvais usage des effets, et un manque de réalisme dans les dialogues. Attention, je ne dis pas que Marvel est parfait, loin de là. Pourtant, prenez l’exemple de Thor : Ragnarok. Le film se passe sur une autre planète, ce qui suppose une surenchère d’effets spéciaux. Pourtant, le film parait plus réaliste que Justice League, qui se passe sur Terre.

En cause selon moi, encore une fois, l’exagération. Les personnages de ce film sont des super-héros. Je pense qu’il aurait fallu dire aux réalisateurs (non, pas de faute d’accord) de ce film que nous le savons. Cela nous aurait peut être évité les ralentis (sauf quand Flash court, logique), la surenchère d’électricité, de lumière. Cela casse le réalisme, cela fait mal aux yeux. Les dialogues parlent simplement de la charge de responsabilité qu’implique le fait d’être un super-héros, du tiraillement entre le bien et le mal. Les personnages évoquent à voix haute leurs sentiments. Rien n’est laissé à l’imagination. On devine les scènes suivantes, les retournements de situations, et je ne parle plus spécifiquement de Justice League, je divague, bref. Je pense qu’après Avengers 3 et 4, il va me falloir du temps avant de me refaire un film de super-héros.

Jason-Momoa-Aquaman-Justice-League-Pictures

Un peu de positif pour finir.

Si l’on fait abstraction des scènes où Flash court, qui sont moins bien gérées que dans la série, le personnage de Barry Allen joué par Ezra Miller est très bon. C’est frais, c’est drôle, j’ai beaucoup aimé. Le début d’histoire mis en place pour Aquaman a du potentiel, mais je doute que le film solo prévu ne lui fasse honeur, de même pour Cyborg, dont l’histoire pourrait être très intéressante. J’ai beaucoup craché sur ce film. A beaucoup de moments, c’est imbuvable, et Steppenwolf est ridicule. Mais dans l’ensemble, ça se regarde. Il y a clairement une tentative d’apprendre des erreurs des films précédents, notamment avec le personnage de Flash, et de capitaliser sur ce qui a fait le succès de Wonder Woman, mais encore une fois, en tout cas pour moi, ça ne prends pas.

Comme toute critique négative, je termine en disant que ces mots n’engagent que moi. Si vous avez aimé, tant mieux. Si vous voulez aller le voir, allez-y. Je ne prétends pas tout savoir et ne suis probablement qu’un grincheux faisant une overdose de film de super-héros.

12/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :