High-Tech

La gamme Nexus

google-nexus-logo

L’une des clés du succès de l’Iphone est sa simplicité. Un système d’exploitation, une gamme de téléphone, point final. Google, avec Android, a fait le choix de l’open-source. Accessible en ligne pour tous les développeurs, Android diffère donc selon la marque. Les téléphones de chez Samsung, Sony, ou LG ont chacun une apparence différente, mais se réclament tous d’Android. Ils dérivent tous d’une version « pure » d’Android disponible sur une gamme limitée de téléphones, dont les principaux représentants sont les Nexus.

 

Pendant longtemps, la rumeur d’un Google Phone, fabriqué par Google, en concurrence directe avec la domination totale de l’Iphone a été sur beaucoup de lèvres. Google a au final opté pour une autre stratégie. Des smartphones fonctionnant sous une version pure d’Android ont bel et bien vu le jour, mais ils furent développés par d’autres constructeurs. Un des principaux avantages des Nexus est qu’ils sont les premiers à recevoir les mises à jour et les nouvelles versions d’Android par Google.   Pour commencer la section high-tech de ce blog (et m’entrainer à écrire, j’assume), je vais vous faire un petit tour d’horizon de cette gamme qu’on ne connait que trop peu, et qui a su renouveler. Je me limiterai également aux téléphones.

 

Nexus One

 

Premier téléphone de la gamme des Nexus, développé par HTC et sorti en 2010. Ce téléphone supportait la version 2.1 d’Android baptisée « Eclair ». On retrouvait déjà la caractéristique majeure encore présente chez les Nexus actuels, idéale pour les développeurs ou les utilisateurs plus débrouillards : un bootloader facilement dévérouillable. Ça y est, je vous ai perdu. En bref, le bootloader, c’est la racine du téléphone, logiciel dans le logiciel qnexus-one-1ui, si on le débloque, permet d’installer des versions alternatives d’Android, modifier à sa guise les performances du téléphone, entre autres. Ce Nexus One proposait une interface très intuitive et innovante pour l’époque, mais s’est davantage orienté vers les développeurs, d’où un certain échec commercial.

 

Nexus S

 

Sorti à la fin de l’année 2010, et faisant suite à l’échec commercial du Nexus One, ce Nexus S (et non Nexus Two) a quant à lui été développé par Samsunexuss-ig.jpgng. Il est sorti pour accompagner les débuts de la version 2.3 d’Android, baptisée « Gingerbread ». On retrouve comme son prédécesseur des caractéristiques assez haut de gamme : 512 Mo de RAM, gyroscope, accéléromètre, écran capacitif qui permettait que le téléphone ne se déverrouille pas dans la poche, entre autres. Il fut le premier Nexus à bénéficier d’un programme de mise à jour étendu. Son support s’est en effet arrêté à la version « Jelly Bean » 4.1.2 d’Android.

 

Galaxy Nexus

 

Comme son nom l’indique, ce téléphone a été également produit par Samsung et est sorti en 2011. Le Galaxy Nexus est le premier smartphone à avoir supporté la version 4.0 d’Android, baptisée « Ice Cream Sandwich » (on reviendra plus tard sur les noms d’Android). Grand écran HD, caméra full HD, 1 Go de RAM, le tout accompagné d’unGalaxyNexus-Press-01-1200-80 processeur puissant, ce smartphone haut de gamme avait tout pour plaire, et dieu sait qu’il a plu car Apple a jugé bon d’essayer d’en stopper la vente par le biais de procès interminables avec Samsung. Oui, déjà en 2011, le fameux procès Apple vs Samsung (qui mériterait un article à lui tout seul) battait déjà son plein. Le Galaxy Nexus a été très bien accueilli par la presse spécialisée.

 

Nexus 4

 

Alors là, c’est du sérieux. De toute la gamme Nexus, j’en ai eu UN : le Nexus 4. Il m’a poussé à faire cet article, c’est même probablement ce téléphone qui fait que je reprendrai un Nexus dès que mon Iphone ne sera plus mis à jour. BREF, parlons-en, parce qu’avant de devenir si bon, il a fait du chemin. Développé par LG et sorti en 2012 avec des caractéristiques très haut de gamme (Android 4.2) et un prix faible comparé à la concurrence, ce téléphone a subi des pénuries répétitivGoogle-Nexus-4-Maines sur les Play Store de Google partout dans le monde. Ce problème réglé, il a fallu faire face à des plaintes au sujet de bugs de Wi-Fi et de Bluetooth, et de bridage soi-disant « intentionnel » des performances. Ce problème pouvait néanmoins être réglé à l’aide du fameux bootloader, dont j’ai parlé plus haut. Maintenant, mon ressenti personnel. Je l’ai acheté d’occasion fin 2014 et il tournait déjà sous la version 4.4.4 « KitKat » d’Android. La plupart des bugs étaient résolus, je l’ai donc vraiment apprécié. Ces caractéristiques sont encore présentes dans des smartphones de 2016, ce qui est assez rare. Problème : il a mal encaissé sa dernière mise à jour majeure vers Android 5.0 « Lollipop », et des bugs non résolus m’ont fait changer de téléphone.

 

Nexus 5

 

 

Développé par LG et sorti en 2013, c’est le Nexus qui a connu le plus de succès à ce jour. Ce téléphone a inauguré la version 4.4.4 « KitKat » d’Android, qui a surpris par son grand nombre de nouveautés mais surtout par sa refonte graphique. On avait un Android moderne et repensé sur un smartphone fiable et surtout très puissant à unexus-5n prix défiant toute concurrence. Un grand écran résistant en Full HD, un processeur haut de gamme, un appareil photo dans la moyenne, une fluidité irréprochable, tout était là. Seul problème, une batterie beaucoup trop faible, mais qui permettait quand même de tenir une journée. Il a ensuite été mis à jour vers les versions 5, puis 6.0 « Marshmallow » d’Android et fonctionne encore aujourd’hui comme un charme.

 

Nexus 6

 

Le Nexus 6 est le Nexus de la controverse. En 2014, Google a tenté, à l’aide des talents de Motorola, de sortir un smartphone géant, avec un écran de 6 pouces. Bien que ces performances étaient plus que dignes du nouveau Nexus, et qunexus-6-android-policee la version 5, refonte complète d’Android marchait à merveille dessus, les problèmes d’ergonomie ont été à
l’origine d’un accueil mitigé. Autre problème, il a été reproché le manque de compatibilité 4G+ alors que les composants le permettaient parfaitement. Le Nexus 6 a quand même été globalement apprécié, ère des phablettes oblige, regardez l’Iphone 6S Plus, massif, et personne n’en parle.

 

2015 : Nexus 5X et Nexus 6P

 

En 2015, pour éviter une nouvelle controverse comme pour le Nexus 6, Google a opté pour la production de deux modèles qui ont inauguré la version 6.0 « Marshmallow » d’Android. Le Nexus 5X, produit par LG, s’est voulu comme un suc1338cesseur spirituel du Nexus 5 en restant toutefois éloigné du haut de gamme. Ses caractéristiques et performances valent quand même largement le détour Le Nexus 6P, produit par la marque chinoise Huawei a repris les codes du Nexus 6 avec des caractéristiques très haut de gamme. On a deux smartphones très performants, aux prix toutefois plus élevés qu’habituellement.

 

2016 ?

 

Pour le futur, la rumeur va pour deux Nexus produits par HTC, et dont les noms de codes sont pour l’instant Nexus M1 et Nexus S1. Ils inaugureront la version N d’Android qui est encore en test et a été dévoilée il y a déjà quelques mois. On prévoit notamment un retour des très pratiques ports pour carte micro SD pour augmenter le stockage.android-n-logo-kunalbodke

 

Si vous êtes arrivés jusqu’au bout, bravo, premier article high-tech je ne sais pas si j’arrive à être clair. Ça viendra ! EN BREF, les Nexus sont une bien belle gamme de téléphones, qui étaient destinés aux développeurs mais qui ont su conquérir le grand public avec un Android « pur ». Pour en acheter en France, la voie la plus simple reste le Google Play Store sur Internet, je n’en ai vu que rarement à la Fnac.

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :